oo
Menu
menu

«Ecrire la performance: script, notation, partition»

Mercredi 23 Mars 2016, à partir de 18h30

à MAXXX espace d’art contemporain

La performance est un art plastique corporel et théâtral qui est née de l’esprit Dada il y a 100 ans. Des actions absurdes, des présentations des poèmes sonores en costume cubiste…c’est les premières images des performances qui nous sont restées des actions au cabaret Voltaire à Zurich en 1916.

100 ans plus tard, les performances d’aujourd’hui donnent toujours l’occasion de s’étonner, de découvrir l’imprévu, de se questionner. Le medium – vivant surtout de son caractère spontané, « live » – donne aujourd’hui l’occasion à une réflexion approfondie, incluant aussi les expériences de l’art conceptuel des années 70. Le moment ou la performance inclue aussi des éléments de mode d’emploi, de script et de partitions dans son apparition directe. Les moments avant et après une performance sont constitutives pour le travail dans le medium aujourd’hui.

Ce phénomène donne l’occasion à une exposition au Kunstraum Kreuzlingen en Avril 2016 sur le thème « Ecrire la Performance: Script, notation, partition », exposition proposée par la curatrice Sibylle Omlin, directrice de l’ECAV et membre du comité de MAXXX. Cette exposition sera composée des oeuvres sur la performance – notée, écrite, en partition – des artistes comme Apresperf/ Andrea Saemann, David Bonvin, Hanne Darboven, Ester Ferrer, Camille Kaiser/Lara Paratte, Petra Koehle/Nicolas Vermot-Petit Outhenin, Dorothea Rust, Christoph Rütimann, Martina-Sofie Wildberger u.a. (voir aussi www.kunstraum-kreuzlingen.ch)

Avant que cette exposition ne parte au Nord de la Suisse, deux événements performatifs seront partagés avec le public en Valais à l’espace d’art MAXXX à Sierre sur la thématique du performatif comme élément poétique, transformé en écriture.

Le 23 mars 2016 à 18h30, l’artiste Ariane Epars (vit à Cully, enseigne à l’ECAV) viendra nous lire des extraits de son livre « carnet(s) du lac », paru chez Heros-Limite Genève en 2015. Ce livre parle de la force performative de la langue et de l’observation depuis sa maison: « Ma fenêtre est comme une scène de théâtre. Il y a la gauche et la droite, le haut et le bas, devant et derrière, des passages de gauche à droite et de droite à gauche, des mouvements qui surgissent du fond de la scène et qui déferlent jusqu’au pied de la maison. » Extrait de « carnet(s) du lac », Ariane Epars.

Ariane Epars considère cet observation de la scène devant sa fenêtre comme un travail de plasticien:

« C’est un travail d’écriture d’artiste plasticienne. J’aime à dire que je sculpte les mots, ou, plutôt, qu’au moyen des mots, je sculpte ce que je vois, sens, entends. »

Cet œuvre va être mis en contexte avec un travail de Hanne Darboven, produite par Sibylle Omlin, Haus Konstruktiv Zürich et la Galerie Elisabeth Kaufmann à Zurich en 2003.

Le même soire vers 20 h, l’étudiante du programme MAPS, Chrisanta Ghetty, va démarrer un événement performative à partir d’une recette de curry indien. Nous explorerons avec elle, à travers les mots de la recette et à travers ses gestes, la façon de manger un curry avec du pain.

Cet évènement sera accompagné par une exposition de documentation des modes d’emploi de performances qui partent des recettes, des instructions, des notes pour des réalisations de différentes artistes, entre autre Esther Ferrer, Allan Kaprow, James Lee Byars, San Keller.